Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/03/2015

César COVO, ancien brigadiste, vient de décéder à l'âge de 102 ans

 
César Covo.
 
Communiqué de l'Association des Amis des Combattants en Espagne Républicaine (ACER)
 
Chers Amis,
 
C'est avec tristesse que nous vous informons que  César COVO, ancien brigadiste, vient de
décéder à l'âge de 102 ans. Né en Bulgarie mais de nationalité française,  installé depuis 1930 en France, jeune militant communiste, il est arrivé parmi les premiers volontaires en Espagne. Il  participera aux combats de la défense de Madrid, à la Casa del Campo, puis au Jarama et à Guadalajara. Il y sera blessé aux genoux et deviendra interprète d'état-major auprès del "Campesino" grâce à sa maîtrise de l' espagnol, la langue de ses ancêtres sépharades.
Rentré en France, il sera mobilisé en 1939, et poursuivra son combat antifasciste dans la Résistance FTP-MOI ; il y assurera notamment la confection de faux-papiers, et sera sur les barricades pendant les combats de la Libération de Paris. Il préférera rester en France plutôt que de repartir en Bulgarie.
Comme beaucoup d'anciens brigadistes, il aura mené toute sa vie un combat pour la liberté, la paix et le progrès social : jusqu'au bout, il témoignera  pour transmettre aux nouvelles générations les valeurs de son engagement et celles de ses camarades en Espagne et en France.
 
Son livre "La guerre, Camarade!"  est un précieux témoignage de son parcours au service de la République espagnole.
 
C'était notre ami et camarade.
Le Secrétariat Général de l’ACER
 

Commentaires

Tout mon respect et mon admiration pour cet homme courageux !
Le film Land and freedom m'a informée du rôle de ces hommes et femmes admirables.
valérie selle

Écrit par : selle | 13/03/2015

Toutes mes condoléances aux filles et aux proches de César COVO...
J'ai rencontré César à la maison de retraite de Rennes où je suis venue jouer un spectacle ("La fille de l'unijambiste") en son honneur. J'ai été si heureuse de le serrer dans mes bras car grâce à son livre "La guerre,camarade" j'avais pu imaginer et comprendre le parcours de mon propre père, lui aussi engagé volontaire dans les BI... C'est grâce à des hommes comme César que nous avons la grande chance d'avoir encore des idéaux et d'aimer la vie. Violaine BARRET

Écrit par : BARRET | 13/03/2015

Les commentaires sont fermés.