Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/05/2015

Vers la reconnaissance par l'Espagne des républicains espagnols victimes des nazis

http://www.radionizkor.org/impuesp/impuesp1.mp3

¿Qué pasaría si al cumplir la edad de jubilación, un español o española, en lugar de recibir el documento que acredita su derecho a percibir una pensión, le dieran un "reconocimiento moral" de su pase a situación de retiro?

¿Qué pensarían los españoles si a las víctimas del terrorismo, el estado español se limitase a ofrecerles un homenaje y extendiese un documento de "reconocimiento moral", dejándolas desprovistas de los auxilios que actualmente contempla la Ley?

Pues eso precisamente es lo que ha venido sucediendo durante décadas en España, ante las reclamaciones formuladas en favor de las víctimas del franquismo y del nacionalsocialismo, así como hacia los republicanos españoles que combatieron al lado de los Aliados en la II Guerra Mundial, especialmente desde que la Amical de Mauthausen y AGE, trasladaron estas exigencias al terreno parlamentario y gubernamental. La vergonzosa actuación en 1995 de Felipe González, negándose a participar en los actos del 55 Aniversario de la liberación del campo por las tropas norteamericanas, lo fue porque en el sector en donde está situado el monumento a las víctimas españolas (donado por los aliados franceses con este fin a los supervivientes españoles) ondeaba la bandera republicana. No se quedó muy atrás el presidente Zapatero cuando en 2005, se sacó la foto ante el monumento y pronunció un discurso descafeinado, a escondidas y al margen del acto oficial público programado. Gracias a las presiones de la Amical y de AGE, se ha conseguido forzar y comprometer al Parlamento para forzar al Gobierno de España a tomar una decisión reparadora histórica: el reconocimiento jurídico de la condición de víctimas del nacionalsocialismo. Las palabras del ministro Wert son esperanzadoras y confiamos que se verán respaldadas con la aprobación por el Parlamento de dicha propuesta en la sesión de próximo día 12. De momento, parece que solo se va a tratar el tema de las víctimas republicanas de los nazis, pero ya parece inaplazable tratar en sede parlamentaria el resto de los reconocimientos ya expresados. Las intervenciones del diputado de ERC Joán tardá y del ministro Wert adquieren un carácter de históricas.

No te las pierdas:

AUDIO: http://www.radionizkor.org/impuesp/impuesp1.mp3
Saludos cordiales,Floren Dimas

Delegado de AGE para la Región de Murcia

 
 
radionizkor.org

22:15 Publié dans Déportation, Exil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

29/03/2015

Journées "Jeunesse et Exil" au Parlement Européen à l'initiative de Izquierda Unida

iu.png

 

Alejo Beltran le coordinateur de Izquierda Unida France nous communique:

Lundi et mardi 30 et 31 mars, 4 camarades de IU France participeront aux journées "Jeunesse et Exil", organisées par le groupe parlementaire IU Europe/ Izquierda Verde Nordica (GUE/NGL), participeront représentants de diverses organisations et partis. Nous iront porter, au parlement européen, les problèmes relatifs à l'immigration.

L'initiative a été impulsée par notre europarlementaire Marina Albiol. 

 

El lunes y martes próximos, 30 y 31 de marzo, 4 compañeros de IU Francia participaremos en las jornadas "Juventud y Exilio", organizadas por el grupo parlamentario de la Izquierda Unitaria Europea/Izquiera Verde Nórdica (GUE/NGL), en la que participan representantes de diversas organizaciones y partidos. Iremos para llevar los problemas de la emigración al Parlamento Europeo.

 
La iniciativa ha sido impulsada por nuestra europarlamentaria Marina Albiol.
 
Un saludo
 
Alejo Beltrán
Coordinador IU Francia

11:36 Publié dans Exil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

23/02/2015

Article paru dans Midi Libre ce 23 février

article midi libre 23 02.jpg

09:08 Publié dans Exil, Presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

22/02/2015

Quand Daladier et Pétain collaboraient avec Franco

Après les déclarations du Premier Ministre à Argelès sur Mer

Un texte d’Eloi Martinez Monegal

Version  en PDF: Quand Daladier et Pétain collaboraient avec franco.pdf

 

Début 1939 le gouvernement de la République française entassait les républicains espagnols dans les camps de concentration et dans le même temps celui-ci nouait des relations diplomatiques avec Franco en nommant Pétain comme ambassadeur. Le gouvernement de la France a encore du chemin à faire pour mettre à jour les faces cachées de cette histoire malgré les déclarations à minima du Premier Ministre récemment à Argelès sur Mer. 

Le Premier Ministre, Manuel Valls, était le 20 février 2015 à Argelès sur Mer où selon la presse « il devait rendre un vibrant hommage aux Républicains espagnols qui "refusèrent la dictature" de Franco, fustigeant l'attitude de la France qui les parqua dans les "camps du mépris", en plein hiver 1939, sur le sable de plages. Pourtant, en 1939 "ce n'était pas encore la France de Pétain", a dit M. Valls (PS). "Notre première responsabilité, c'est de reconnaître que la France n'a pas été à la hauteur des espérances de ces hommes et femmes qui venaient s'y réfugier et qui attendaient de la France qu'elle vienne à leur côté en 1936", a-t-il insisté. Il a au contraire vanté l'engagement des Républicains espagnols, qui furent nombreux à rejoindre la Résistance et "parmi les premiers à entrer dans Paris libéré" en 1944. Manuel Valls a également insisté sur le devoir de mémoire et de transmission de cette histoire. » Fermez le ban.

Les déclarations du Premier Ministre constituent une petite avancée mais nous sommes loin du compte

Lire la suite

14:24 Publié dans Exil | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

21/02/2015

La France doit dire clairement que la Troisième République s'est comportée de façon indigne et qu'elle a été responsable de la mort de milliers de républicains espagnols

Ci-dessous le communiqué qu'ASEREF a publié avant la visite du Premier Ministreà Argelès sur mer. Nous avons reproduit plus bas les articles de presse et une partie du discours du Premier Ministre qui déclare notamment que "la République n'a pas été à la hauteur des espérances des réfugiès" cette déclaration est un petit pas vers la vérité historique, elle est largement insuffisante au regard des lourdes responsabilités du gouvernement de la troisième République concernant la mort de dizaines de milliers de républicains espagnols.

Communique de l’association pour le souvenir de l’exil républicain espagnol en France  (ASEREF) à l’occasion du déplacement de Manuel Valls, Premier Ministre  à Argelès sur mer ce vendredi 20 février 2015

Manuel Valls qui s’est dit  intéressé par le douloureux épisode de La Retirada, sera présent à 17 h à Argelès, au cimetière des Espagnol pour un dépôt de gerbe. Il se rendra ensuite à 18h, Valmy pour découvrir le mémorial du camp d'Argelès, ainsi que l'exposition < les camps sur le sable >, qui présentera des photos inédites des trois camps de concentration ouverts à Argelès, Saint-Cyprien puis le Barcarès en février 1939.

Monsieur le Premier Ministre il est temps que la France reconnaisse « l’accueil » indigne que la France de la Troisième République a réservé aux républicains espagnols

Vous êtes aujourd’hui en visite à Argelès sur mer là ou un camp de concentration s’érigeait sur la plage, comme à saint Cyprien ou encore au Barcarès.

Le gouvernement du Président du Conseil le Radical  Edouard Daladier fit enfermer  des dizaines et des dizaines de milliers de républicains espagnols dans des camps de concentration, plusieurs milliers y sont morts. C’est bien le gouvernement de la troisième République qui en 1939 a signé des décrets de surveillance des espagnols, qui les a fiché camp par camp. Des fiches récupérées ensuite par Vichy pour faire déporter les espagnols vers l’Allemagne nazie ou les renvoyer chez Franco.C’est bien la France de la troisième République qui a utilisé les espagnols dans l’économie nationale pour remplacer la main d’œuvre française mobilisée par la mise en place de compagnie de travailleurs étrangers étroitement surveillées. N’est-ce pas le ministre de l’intérieur du cinquième gouvernement radical-socialiste  de monsieur Daladier qui signe cette circulaire aux Préfets le 30 octobre 1939 ?

Extraits :« Il m’est apparu qu’il était nécessaire de préciser à nouveau les conditions dans lesquelles doivent être utilisés les miliciens espagnols internés dans les camps du Sud-Ouest (…) ne seront désormais employés à titre individuel, soit dans l’industrie, soit dans l’agriculture, que les miliciens sur lesquels des renseignements favorables auront été recueillis (…) en conséquence les services de police devront effectuer une enquête minutieuse concernant la conduite de ces étrangers depuis qu’ils sont en France et, si cela est possible, leur activité avant leur arrivée dans notre pays (…) Placement dans l’industrie et l’agriculture : les miliciens pourront être mis à disposition , ils seront nourris par leurs employeurs et hébergés par la commune (…) je vous rappelle qu’il convient de soumettre les intéressés à la surveillance des services de police et de faire vérifier notamment s’ils rejoignent, chaque soir, le local où ils sont logés… » signé : Le secrétaire général du Ministre de l’Intérieur J. Berthoin"

Le gouvernement Daladier ,qui nomma Pétain ambassadeur de la France auprès de Franco alors que la République livrait encore ses derniers combats, a aussi participé à rapatrier et à refouler des républicains espagnols  (militaires, civils, femmes et enfants...) vers l’ Espagne ce qui revenait à les livrer à Franco. C'est une énorme responsabilité devant l'Histoire. Aucun manuel scolaire n'y fait référence. Ces pages sont volontairement occultées car vous ne les méconnaissez pas.

Comme nous l’avons déjà  écrit au Président de la République en septembre 2012, François Hollande, nous demandons vérité, justice et reconnaissance officielle pour les républicains espagnols pour leur rôle dans la libération de la France mais aussi nous demandons que ces pages de l’histoire que vous voulez occulter puissent intégrer les manuels scolaires et que la France pays des droits de l’Homme reconnaisse l’indignité de son accueil des républicains espagnols en 1939.  Monsieur Valls pourquoi ne pas mettre à profit votre visite à Argelès sur mer vous qui dites être intéressé par l’histoire douloureuse de la Retirada, pour prononcer les mots que les descendants des combattants pour les libertés en Espagne et en France attendent en hommage à leurs parents et grands-parents.

 

13:45 Publié dans Exil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

A Argelès, Valls célèbre les Républicains espagnols parqués en 1939

20 Fév 2015

AFP
 

Manuel Valls a rendu un vibrant hommage aux Républicains espagnols qui "refusèrent la dictature" de Franco, vendredi à Argelès-sur-Mer, fustigeant l'attitude de la France qui les parqua dans les "camps du mépris", en plein hiver 1939, sur le sable de plages.

Lire la suite

12:03 Publié dans Exil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

20/02/2015

Hommage aux républicains espagnols victimes du fascisme

Homenaje cementerio del Père Lachaise en Paris a los republicanos españoles el 18 de febrero

 Texto francés de Pablo Iglesias Núñez :
 
RAVENSBRÜCK (Pont aux corbeaux),
Témoignage de Mercedes Núñez Targa
 
 

Lire la suite

20:04 Publié dans Déportation, Exil | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | |

Manuel Valls à Argelès : "La République n'a pas été à la hauteur des espérances"

Publié sur le site de l'Indépendant

  •  

    (Photo par F. M.)
  •  

    (Photo par F. M.)
  •  

    (Photo par F. M.)

Après Montesquieu-des-Albères ce matin, où le Premier ministre a inauguré, en présence du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, la nouvelle interconnexion électrique (la ligne THT, à très haute tension) entre la France et l'Espagne, Manuel Valls est à Argelès-sur-Mer cet après-midi.

Il y préside depuis 17 heures une cérémonie commémorative aux monuments aux Morts en mémoire de la Retirada.

 

 

17 heures : En compagnie des élus locaux, le Premier ministre Manuel Valls a déposé  une gerbe au Monument aux Morts et une minute de silence fut observée.

 

17h45 : Le premier ministre manuel valls a rendu hommage aux refugiés espagnols de la retirada. Il a ainsi reconnu que la troisième république n'avait pas été à la hauteur des espérances de ces hommes et ces femmes. Manuel valls a également insisté sur le devoir de mémoire et de transmission de cette histoire.

18:24 Publié dans Exil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

L'association pour le souvenir de l'exil attend que l'Etat reconnaisse "l'accueil indigne" des réfugiés

Manuel Valls : l'association pour le souvenir de l'exil attend que l'Etat reconnaisse "l'accueil indigne" des réfugiés

article paru sur le site de l'Indépendant

 

 

camp argelès.jpg

Camp de concentration français en 1939

 

L’association pour le souvenir de l’exil républicain espagnol en France (ASEREF) interpelle Manuel Valls, le Premier ministre  à l’occasion de sa venue, ce vendredi 20 février  à  Argelès-sur-mer. Il déposera effectivement une gerbe au cimetière des Espagnols à 17 h.  "Monsieur le Premier Ministre il est temps que la France reconnaisse « l’accueil » indigne que la France de la Troisième République a réservé aux Républicains espagnols.  (...).  Le gouvernement du Président du Conseil, Edouard Daladier fit enfermer des dizaines et des dizaines de milliers de Républicains espagnols dans des camps de concentration, plusieurs milliers y sont morts. C’est bien le gouvernement de la troisième République qui en 1939 a signé des décrets de surveillance des espagnols, qui les a fichés camp par camp. (...)   Le gouvernement Daladier, qui nomma Pétain ambassadeur de la France auprès de Franco alors que la République livrait encore ses derniers combats, a aussi participé à rapatrier et à refouler des Républicains espagnols (militaires, civils, femmes et enfants...) vers l’ Espagne ce qui revenait à les livrer à Franco. C'est une énorme responsabilité devant l'Histoire. Aucun manuel scolaire n'y fait référence. Ces pages sont volontairement occultées car vous ne les méconnaissez pas".

L'association avait déjà écrit au Président de la République en septembre 2012, François Hollande, pour demander "vérité, justice et reconnaissance officielle pour les Républicains espagnols pour leur rôle dans la libération de la France". Elle souhaite également que  "ces pages de l’histoire que vous voulez occulter puissent intégrer les manuels scolaires et que la France pays des droits de l’Homme reconnaisse l’indignité de son accueil des républicains espagnols en 1939".  

Nul doute que les membres de cette association seront très attentifs au discours que le Premier ministre doit prononcer ce vendredi soir à Argelès-sur-Mer.

16:25 Publié dans Exil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |